Emma REGIS

(Turin 1854 - Rome ? après 1898 )

Il vero amico

huile sur panneau
21,5 x 15,5 cm ; 35,5 x 30 cm (avec le cadre)
signé 'Emma Regis' en haut à droite ; intitulé 'il vero amico' en bas, sur le cadre

3 200 €

 


En savoir plus

C’est la restauration récente d’une œuvre d’Emma Regis, la Madonna del Cardo, conservée à l’Institut San Michele de Rome, qui a poussé les chercheurs à se documenter sur cette artiste talentueuse encore inconnue.


Née à Turin, elle étudie à l'Académie des beaux-arts de Rome où elle suit probablement l’enseignement de Giulio Aristide Sartorio. Dans un premier temps, elle se consacre à la peinture florale et à la miniature, puis elle élargit sa pratique artistique à la peinture de genre et au portrait.


En 1883, au Palais des expositions de Rome, c’est d’ailleurs un portrait, celui de la marquise Durazzo-Pallavicino, présenté sous le no 16, qui est largement remarqué par la critique (Roma Antologia, Serie III., Anno IV, no 14, Rome, 8 avril 1883). La même année, elle expose une Tête sous le no 38 (ibid.).


Gérard Schurr, dans Les petits maîtres de la peinture 1820-1920, parle d’Emma Regis en ces termes : « elle donne complaisamment l’image d’une société affable, idyllique et suave dans ses toiles anecdotiques auxquelles elle confère un ton intemporel [...]. Dans ses toiles autant que dans la plupart de ses miniatures, toutes baignées de couleurs tendres, elle drape ses modèles d’une élégante minceur dans des décors à l’antique qu’il est bien difficile de dater ».

Quant au Bénézit, il salue sa peinture « dans le goût “fin de siècle” un peu préraphaélite ».

Ce tableau représente une jeune femme noble dans son intérieur. Vêtue d’une robe dont la fluidité et la légèreté sont parfaitement rendues par un jeu de transparence, elle est assise dans un large fauteuil installé sur une somptueuse peau de léopard. À sa droite, sur un pouf de satin bleu, se tient un petit chien : c’est lui « le véritable ami » auquel le titre fait allusion. Le Cavalier King Charles est coiffé d’un nœud jaune et donne la patte à sa maîtresse, qui semble s’être interrompue dans sa lecture.


Cette jeune femme est un modèle régulier d’Emma Regis. On la retrouve dans le même salon dans une peinture titrée Une noble dans un intérieur (Vente Christie’s, Rome, 27 mai 2002, lot no 86, illustré). Elle s’y tient debout devant son fauteuil sur lequel elle prend appui.

En 1981, la galerie Charmy l’Envers proposait à la vente l’œuvre Femmes au jardin (qui fut d’ailleurs l’illustration des cartons d’invitation). On y retrouve notre modèle, debout devant un escalier décoré de glycines, en conversation avec une femme rousse juchée sur le parapet.

imagecompemmmaREGIS

Emma REGIS, Madonna del cardro, Museo Istituto San Michele, Rome

Retrouvez nos œuvres sur les plateformes suivantes

insta-1
ebay-1
catawiki_brandmark_all-white

© artwins  I  Mentions légales  I  Designed by TDF